Les frais liés au logement

320 213 DES MURS À PARIS

Achat immobilier : les aides à la rénovation énergétique

Vous venez d’acquérir un bien immobilier et vous souhaitez effectuer des travaux de rénovation énergétique ? Découvrez le nouveau dispositif Ma Prime Rénov qui remplace à la fois l’aide Habiter Mieux Agilité de l’Anah et le CITE. Utiliser Ma Prime Rénov vous permettra de réaliser des économies dans le temps en complément d’un comparatif des fournisseurs d’énergie.

 

Qu’est-ce que Ma Prime Rénov ?

 

« MaPrimeRenov’» s’adresse aux propriétaires aux ressources modestes et très modestes, qui occupent leur bien immobilier au titre de résidence principale que ce soit en France métropolitaine ou en Outre-Mer. L’habitation doit être achevée depuis plus de deux ans. Retrouvez toutes les conditions de ressources de l’Anah.

 

Le dispositif « MaPrimeRenov’ » concernent des travaux prioritaires effectués à compter du 1er janvier 2020 à savoir :

– L’isolation thermique

– Le changement de mode de chauffage, de chaudière ou d’eau chaude sanitaire

– D’autres opérations telles que la dépose de la cuve de fioul ou bien un audit énergétique

 

Les travaux doivent être exécutés par des professionnels norme RGE c’est-à-dire « Reconnu Garant de l’Environnement ». Si vous êtes sur le point d’acheter un bien immobilier, sachez qu’une visite préalable par le professionnel RGE est obligatoire avant de lancer les travaux de votre future résidence principale.

 

Le montant de « MaPrimeRenov’ » dépend des ressources du ménage et du type de travaux engagés. Rendez-vous sur le site Internet du ministère de la cohésion des territoires pour des information détaillées.

 

Sur 5 ans, ce dispositif ne peut pas excéder 20 000 € par logement. Il peut être octroyé sur des travaux différents en plusieurs fois.

 

 

Comment bénéficier de « MaPrimeRénov’ » ?

 

Vous pouvez faire une simulation d’aide sur le site Internet officiel du dispositif MaPrimeRénov’ et y déposer directement votre demande de prime.

 

Cette prime n’est pas cumulable concernant les autres aides de l’Anah. Néanmoins, elle reste cumulable avec d’autres dispositifs, comme l’éco-PTZ (éco-prêt à taux zéro), le chèque énergie, le CEE dispositif des certificats d’économie d’énergie ou encore des aides locales.

 

 

Aide de l’Anah : « Habiter Mieux Sérénité »

 

Le programme « Habiter Mieux Sérénité » de l’Anah existe toujours. Il s’avère intéressant pour les personnes aux revenus très modestes. Les niveaux de ressources pour en profiter sont identiques à ceux de « MaPrimeRénov’ » ; néanmoins les deux dispositifs ne peuvent pas se cumuler.

 

Le plus facile est de contacter un conseiller spécialisé du réseau FAIRE au 0 808 800 700. FAIRE est une institution du service public qui vous oriente à titre gratuit dans vos projets de rénovation.

 

A compter du 1er janvier 2021, les syndicats de copropriété ainsi que les propriétaires bailleurs pourront aussi profiter de cette aide.

 

 

Le CITE : Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique

 

Le CITE, bien qu’ayant fusionné avec l’aide « Habiter mieux Agilité » de l’Anah, n’a pas complètement disparu pour autant. Il ne se destine plus qu’aux foyers à revenus élevés ou bien intermédiaires. Pour les ménages aux ressources plus faibles, ils bénéficient de « MaPrimeRénov’ ». Les biens immobiliers concernés sont les résidences principales, elles doivent être achevées depuis plus de 2 ans. Lors de l’achat d’un appartement ou d’une maison, il peut être très intéressant d’utiliser les aides pour la rénovation énergétique.

 

Le Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique est accordé aux travaux d’équipements ou d’isolation qui permettent une réduction de la consommation d’énergie et donc une baisse sur la simulation de sa facture d’électricité. D’autres actions, comme la mise en place d’un dispositif de charge pour une voiture électrique ou bien la dépose d’une cuve de fioul, permettent aussi de bénéficier du CITE. Le taux initial de 15, 30 ou 50 % se voit disparaître. Il est remplacé par un montant fixe décidé selon le type de travaux envisagés et les ressources du foyer. Cette aide ne peut pas excéder 75 % de la dépense effectuée.

 

Si sur l’avis d’imposition 2019 le revenu fiscal de référence (pour une demande de CITE sur l’année 2020) excède 27 706 € pour une personne seule et dépasse 44 124 € pour deux personnes, alors le ménage ne pourra pas bénéficier du dispositif CITE. Le montant maximum pour le crédit d’impôt est de 4 800 € pour un couple avec une imposition commune et de 2 400 € pour une personne seule. Chaque personne supplémentaire à charge élève de 120 € le plafond.

 

Concernant les foyers aux revenus élevés, ils ne sont plus éligibles au dispositif CITE exceptés pour :

– Les matériaux d’isolation pour des parois opaques comme les mûrs

– Les systèmes pour la charge d’un véhicule électrique

 

Le CITE s’applique aux travaux réglés entre le 1er janvier et le 31 décembre 2020. La majorité des travaux doivent être accomplis par un artisan RGE. Réaliser des travaux de rénovation énergétique valorise votre bien immobilier en cas de revente.

Important : n’oubliez pas de conserver toutes vos factures, elles pourront vous être ultérieurement demandées par les services fiscaux.

 

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique est cumulable avec les certificats d’économie d’énergie (CEE), l’éco-prêt à taux zéro (Eco-PTZ), les aides des collectivités territoriales ou le chèque énergie

 

Pour la valorisation de votre patrimoine immobilier, il est très utile de réaliser des travaux d’économies d’énergie en bénéficiant des aides à disposition !

 

1024 683 DES MURS À PARIS

Propriétaires : réduisez vos frais de logement !

Optimiser son budget logement même après avoir acheté, c’est possible.
Lorsqu’on achète un bien immobilier pour en faire sa résidence principale, c’est généralement dans l’espoir de voir ses charges de logement diminuer au fil des années. Si une grosse partie de vos coûts futurs de logement se joue lors de votre achat, vous avez encore plusieurs éléments sur lesquels vous pouvez travailler pour réduire vos frais de logement en étant propriétaire, à l’heure où les impôts et le coût de la vie ne cessent d’augmenter.
Le logement reste l’un des postes de dépenses les plus importantes pour un ménage. En tant que propriétaire, vous n’avez plus de loyers à payer mais vous avez toujours des frais liés à votre logement : remboursement du crédit immobilier, assurance emprunteur, assurance habitation, charges de copropriété, dépenses énergétiques, etc.

Voici 5 actions concrètes pour réduire vos frais

– Remboursez de manière anticipée votre prêt immobilier
Plus vite vous remboursez ce prêt et moins vous aurez payé d’intérêts. Cela coûte un peu d’argent sauf si vous avez négocié les frais de remboursement anticipé auprès de votre banque au moment de la souscription de votre prêt.
Les pénalités de remboursement anticipé sont généralement d’un semestre d’intérêts dans la limite de 3% du capital restant dû. Un autre solution : le rachat de votre crédit par un autre organisme financier.
– Faites chuter le coût de votre assurance emprunteur
En fonction de votre contrat d’assurance de prêt, la réduction de votre capital restant dû peut faire baisser également le coût des cotisations d’assurance.
Vous pouvez désormais changer d’assurance de prêt immobilier à la date anniversaire du contrat. Si vous faites racheter votre prêt, vous bénéficiez alors d’un nouveau contrat d’assurance emprunteur qui sera basé sur un montant d’emprunt plus faible que le précédant.
– Investissez-vous dans le contrôle des charges de copropriété
De nombreux syndics ne cherchent pas à réduire ces frais. Analyser le détail des frais et chaque poste de dépenses : contrats d’entretien de la résidence, devis pour les gros travaux, étalement des travaux de mise aux normes des ascenseurs, frais de gestion courante comprenant les services de base récurrents, compte séparé attitré à l’immeuble pour la trésorerie de la copropriété, facturation des A.G. qui devrait être comprise dans les frais de gestion courante, facturation à l’acte et non au temps passé pour la gestion des contentieux, etc.
– Veillez à l’augmentation des coûts d’assurances
Comparez les différentes assurances pour une mise en concurrence régulière et n’oubliez pas le préavis de votre contrat pour le dénoncer à temps.
– Investissez pour réduire vos factures d’énergie
Electricité, eau, gaz… Le meilleur moyen de faire baisser la note est d’investir dans la rénovation de votre logement : isolation, mode de chauffage, changement des fenêtres, récupérateur d’eau, etc. Renseignez-vous sur les aides et subventions.

Source : https://www.immobilier-danger.com/Proprietaires-reduisez-vos-frais-493.html